Le samedi 22 février 2014 a eu lieu à Nantes la plus grande manifestation, à ce jour contre NDDL. J'y étais, Si j'ai tout vu, je n'ai pas tout compris, tout de suite...Décryptage.


13h15.Un cortège de plus de 30 000 personnes, des gardes mobiles ultra présents avec des barrages anti-émeute pour baliser le parcours.



24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Moi qui était venue, comme je vais à Paris, marcher dans la rue pour manifester pacifiquement, d'emblée je suis inquiète.

On suit les quelques tracteurs autorisés à ouvrir la marche, on regarde la pancartes, les clowns. On se parle : d'où viens-tu, toi ? On vient de partout... Même de Genève.


24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Il y a bien quelques silhouettes noires et cagoulées qu'on finit par remarquer en observant longuement la foule familliale et bigarrées. Alors, on s'éloigne, on repart à un autre point du cortège bon enfant.
La seule troupe un peu "Noire" est la CNT (Confédération Nationale du Travail).. Pas du tout inquiétant finalement...


24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
De 30 à 40 000 personnes, peut-être plus encore ; ce qui est sûr, des cityenNEs venus de toute la France en toute tranquillité !

24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes

Puis vers 15h, on entend les premiers tirs, les premières explosions, les premières fumées obscurcissent un coin de ciel, vers le cours des 50 otages alors que le cortège est sur l'île de Nantes...Et rejoint lentement en méandres la place de la Petite Hollande. On s'arrête en chemin, sandwich, cafés...


24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Sur la place la foule rassemblée attend les interventions.. On nous dit que le cortège est coupé et que les intervenants n'arrivent pas. Un appel est lancé pour que les tracteurs garés à Commerce se déplacent, car il y a des risques d'incendie. La préfecture a demandé aux 520 tracteurs qui ont rejoint Nantes de se garer cours Franklin Roosevelt , entre autres marges du circuit de la manifestation. On entend toujours des tirs, mais rien n'y fait, la foule est tranquille et souriante, sous le soleil après l'averse. Je me demande quand même, vers 16h45, après une heure de rassemblement sur la place, si je vais pouvoir repartir avec la vague crainte d'être encerclée par une partie de la manife qui a l'air de toute évidence de dégénérer.




24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Je me dirige pour m'en aller vers le cours des 50 otages et j'aperçois de loin les échauffourées, les lances à eau, l'incendie. je tourne à gauche pour passer par la place du Commerce. Au fond de la place, un rang de CRS qui nous laisse passer. Et juste derrière nous retentit une grenade assourdissante.


Deux secondes de peur forte et nous sommes dans le centre-ville, empli de badauds qui ignorent tout de ce qui se passe à 100 mètres, qui vaquent à leurs courses passage de la Pommeraye, ou marchent à la découverte du vieux Nantes, comme si de rien n'était...

Avec quelques CRS tout de même !
Il y a bien quelques CRS !


24 % des français-e-s seulement sont encore favorables à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Ce que j'ai vu de loin. Des personnes cagoulées qui attaquaient sans cesse un barrage de CRS. Quelques dizaines qui apparemment se sont relayées pendant plusieurs heures de 15h à 20h.
Ce que j'ai appris comme vous : une dizaine de vitrines saccagées : des destructions ciblées et circonscrites. Pas le déferlement de hordes de gauchistes évoqué par le gouvernement. Aucune image d'ailleurs ne montre cela.
Ce que j'ai vu aussi, c'est ce mélange de la foule pacifiste, celle à laquelle j'ai participé pendant plus de 3 heures, tout près des heurts. Et d'ailleurs, ce ne sera pas sans dommage : il y aura des blessés parmi les manifestants. Un jeune homme a perdu un oeil. On n'a guère parlé des blessés, que ce soit du côté de la police ou bien du côté des manifestants.
La vidéo ci-dessous est pertinente (AgenceInfolibre)
http://youtu.be/sDZ56h-wUfQ
et une enquête parlementaire serait certainement la bienvenue, comme le réclame ce blog du club de Médiapart ?
http://blogs.mediapart.fr/blog/anne-nymette/280214/notre-dame-des-landes-nantes-une-enquete-parlementaire-simpose-qui-sont-reellement-les-casseurs

Ce que j'ai compris.
C'est qu'effectivement, la manifestation était sous tension. Que le gouvernement, tout en faisant son travail de police de façon responsable, n'a pas pu s'empêcher d'utiliser les événements pour discréditer la manifestation, y compris en changeant au dernier moment le parcours du cortège, et en installant une présence policière provocante. Et que les organisateurs n'avaient pas les moyens ? ou n'ont pas souhaité prendre totalement la main sur les éléments violents, car ne nous leurrons pas, c'est aussi un message : si vous envahissez la ZAD, celle-ci est toujours capable de réagir par la guérilla urbaine. N'oublions pas que les expulsions sont violentes, même si elles ont la loi pour elles !

Et tout ceci était prévisible.
Et au final, cela s'est plutôt bien passé. Les CRS auraient sans doute peu être moins présents, moins pressants. Les heurts auraient été peut-être moins violents. Quoique leur métier soit très difficile. Et les forces de déstabilisation très déterminées à bordéliser la situation, mais de façon raisonnée. Encore une fois les hordes de l'ultra-gauche n'ont existé que dans les propos de Manuel Valls

La prochaine manifestation ne pourra désormais avoir lieu que sur le site de Notre Dame des Landes.

Et le plus important, c'est bien que 56 % des français aujourd'hui soient contre cet aéroport, tandis que 20% ne se prononcent pas...

Nous sommes dans un étiage dangereux où la désobéissance civile pacifique de la ZAD, qui attend les expulsions violentes, peut avoir des éruptions...
Mais au delà, de tout, ce samedi 22 février 2014, l'opinion a parlé.
Sondage IFOP

Ce projet n'est plus adapté à notre époque et à notre avenir.
La France le sait.
PM, 27 février 2014[
Rassemblement EELV en début de manifestation



Nouveau commentaire :


Pascale Méker
Pascale Méker
Pascale Méker
Maire-Adjointe de Bagneux,
en charge de l'Espace public et du Patrimoine, et de la voirie
Europe - Ecologie - Les verts.

Conseillère communautaire déléguée de Sud de Seine, en charge de l'Environnement/développement durable/agenda 21, jusqu'en 2015.
Conseillère territoriale de Vallée Sud Grand Paris depuis 2016


Recherche



Rss Rss

Partager ce site