Pour préciser ce que je voulais dire mardi soir au Bureau Municipal

Je m'engage pour des espaces verts qui sont de vrais équipements publics, utiles pour la santé des citadins, pour le vivre ensemble. j'ai bien dit UTILE, pas "du luxe", mais  nécessaires, demain dans notre Île de France surpeuplée, avec en plus une nouvelle fonction celle de protéger la nature en ville qui n'est plus cette ressource inépuisable mais que l'on doit maintenant protéger et maintenir en milieu urbain..

Donc, tout est question d'équilibre.
Et pour moi, en l'occurrence, l'équilibre nécessaire au bien être futur des populations (50 000 habitants minimum en 2030...) n'y est pas, alors que nous sommes la seule ville à cette distance de la porte d'Orléans à avoir encore une telle réserve foncière sur son territoire.
Si Bagneux veut, en plus de son développement évident, garder ses valeurs de solidarité et de qualité de vie, on ne peut plus gaspiller aujourd'hui  le calme et l'espace nécessaires  pour vivre et travailler demain, Nous avons la chance d'en avoir les dernières gouttes, particulièrement en petite couronne. Nous avons la chance de pouvoir proposer pour l'avenir, un modèle urbain encore vivable.

J'ai bien compris que l'on demande au promoteur en plus de son bénéfice, de porter financièrement un hectare pour le lycée, et le coût des classes nécessaires au nombre des nouvelles familles, et le différentielle à la baisse, du produit des droits à construire des 25% de logement social, et celui des bureaux...
Mais on ne peut plus opposer les défenseurs de l'environnement aux défenseurs de l'emploi et du logement, mais les défenseurs de l'intérêt général, aux défenseurs du toujours-plus-vite, et du toujours plus-rentable (mais pour qui donc  ?). Un modèle qui forcément dans un avenir très proche va péricliter...

En ce qui concerne les activités économiques, il est vrai que bien des bureaux sont vides partout en Ile de France.. Même à Paris...
Et que c'est risqué pour le site des Mathurins avec les mètres carrés de bureaux qui se construisent au pied des métros... A moins d'aller vers une offre innovante ??, originale ? 
Ce n'est pas 5 ou 10 mn de moins de trajet d'autobus, qui vont sécuriser les choses, si nous sommes sur le même créneau économique  que celui du pied des métros. Rien n'y fera, nous n'y sommes pas.

Le trajet de bus en direct serait il suffisant pour faire rivaliser le site des Mathurins avec le pied des métros ?  J'ai un vrai doute !
Et pourtant, je souhaite comme vous que Bagneux gagne en emplois et en dynamisme économique. J'ai toujours pensé que le site des Mathurins, emblème d'une ville parc, appelait des activités économiques innovantes, plus aptes à entrer dans la 3eme révolution industrielle, qui forcément s'appropriera différemment la question des transports...

Le temps travaille aussi pour nous ; nous ne sommes pas exactement dans l'objectif d'un rendement financier rapide qui est celui du promoteur. A cette distance de Paris, sur la qualité de ce site, les activités viendront ! De l'aveu même de Reichen !

Ma réponse sur ces sujets n'est donc pas la même que la votre...

Les espaces verts de Bagneux sont l'un de ses atouts importants. Tout comme son patrimoine (dont le parc Richelieu et la Maison des Arts font partie) Bagneux, une ville solidaire qui défend ses valeurs. Une ville populaire, pour rompre avec ce 92 où les beaux parcs ne sont que dans les communes riches, voir très riches.
C'est à Bagneux, pour une population qui ne quitte pas facilement la ville qu'il faut de beaux espaces verts ! Il faut que cela reste vrai avec 50 000 habitants, c'est maintenant que cela se crée ou se perd...

Tout est une question de rythme et d'équilibre.
Avec 2 écoles construites dans des parcs, un trajet d'autobus, qui rogne le parc Richelieu et passe sous les fenêtre de la RPA et le long du mur de la Maison des Arts, un petit parc sur les Mathurins, (1,4h) de plus divisé en 2 squares de 7000 m2, pour moi l'équilibre n'y est pas  !

Enfin, je cherche toujours les 36 ha qui entourent le site des Mathurins ? 

Bref, restons dans la réalité...
Chacun fait ses choix, c'est bien cela la politique.

En ce qui concerne l'école Rosenberg, s'il l'on protège le maximum des beaux arbres, et que l'on rend public finalement ce petit parc, je trouve que c'est acceptable
Pour le parc Robespierre, je pense que nous devons compenser la surface perdue dans le quartier ! absolument..Et ça c'est beaucoup plus compliqué !

Au passage je rappelle le combat d'Henri Ravera pour la création du parc François Mitterrand, ou celui de Jeanine Jambu pour le parc Robespierre..

Un dernier point, la rue des Meuniers avec une pente rythmée différemment de celle de l'avenue Albert Petit est également pentue, (pour la prendre en vélo ..), et le 162 y passe...
Un bus devra de toute façon passer avenue Albert Petit...Il faudra sans doute travailler sur l'alignement de platanes : remplacement total ? ou bien mélanger d'anciens sujets et de jeunes arbres, comme cela se traite maintenant. Les platanes de l'avenue sont un patrimoine vert qu'il faut ne pas traiter à la légère. Mais les alignements sont tributaires des aménagements de voirie...

Changer la physionomie et la quiétude d'un parc est autre chose. Même si par ailleurs, c'est une très bonne idée de faire entrer la médiathèque dans le parc et de revaloriser les abords de la Maison des arts et de la RPA...
Plus la ville sera intense, plus la quiétude de ce lieu sera précieuse et gage de qualité de vie à Bagneux.

Bien à vous

PM 26 mai 2016


PS :
En ce qui concerne les 9m2 d'espaces verts -y compris  privés d'usage public - (puisqu'on ne peut plus parler d'espaces publics "en propre" et je suis totalement ouverte sur ce point..), c'est bien sur l'ensemble de la ville et par sur le site des Mathurins, où nous sommes en dessous des 8,5 m2,  si on ne compte pas tous les cœurs d'ilots privés, ce qui est un objectif assez risqué quand même, quand il est posé d'emblée et non pas vu comme un gain possible si la densité venait à être trop prégnante :


Pascale Méker
Pascale Méker
Pascale Méker
Maire-Adjointe de Bagneux,
en charge de l'Espace public et du Patrimoine, et de la voirie
Europe - Ecologie - Les verts.

Conseillère communautaire déléguée de Sud de Seine, en charge de l'Environnement/développement durable/agenda 21, jusqu'en 2015.
Conseillère territoriale de Vallée Sud Grand Paris depuis 2016


Recherche



Rss Rss

Partager ce site